Comme vous le savez certainement, Claude François est venu s’installer dans les années 60 dans notre commune.
C’est en  1964, qu’une amie de l’époque Brigitte Bardot résidant à Soisy sur Ecole, lui parle, lors d’un repas, qu’un vieux moulin à restaurer serait à vendre non loin de là, sur la commune de Dannemois.

En effet ce bâtiment, dit « l’Ancien » situé sur le Domaine médiéval de « La Louvetière » servait à cette époque à la production de farine ; dans les années 60 le propriétaire qui est pharmacien, souhaite s’en séparer.

L’histoire veut que cette magnifique bâtisse ait servi de gite, à Jeanne d’Arc, lors de son voyage pour rejoindre le roi de France. 
Il décide de le visiter et tombe immédiatement amoureux de l’endroit.
Claude François l’achète et lance un gigantesque chantier de rénovation. Ces travaux vont permettre de mettre à jour des fresques  pouvant confirmer le passage de Jeanne d’Arc à Dannemois ; l’artiste décide alors de préserver ces joyaux et fait vivre ce moment de l’histoire de France  dans son moulin.

La rénovation des lieux donne place à une magnifique demeure, dans laquelle Claude François recevra ses amis et tout le gratin du « showbiz » de l’époque.
D’illustres artistes ont été accueillis dans la maison américaine et autour de la piscine qu’il a fait spécialement construire en s’inspirant de celle d’Elvis Presley et tous profiteront de la générosité du chanteur.  
ean Tinguely et Niki de Saint Phalle étaient parfois ses hôtes.

Mais l’artiste aime également se retrouver en famille dans ce sanctuaire familial qu’il veut havre de paix, loin des projecteurs, pour profiter du calme du village, du parc qu’il a fait aménager et de la roue du moulin qui tourne inlassablement alimentée par la rivière l’Ecole.
Le bruit de l’eau l’apaise et l’inspire, quelques grands succès d’ailleurs vont être écrits dans ce moulin : « Comme d’habitude » et « Un lundi au soleil » entre autres.

Premier drame au moulin : en effet, en 1973, un incendie s’est déclaré dans le bâtiment principal,  le soir de la Saint Jean qui était organisée sur la place du village ; nombreux villageois viendront prêter main forte aux sapeurs-pompiers ce soir-là. 

Moulin8.png

Les années passent, le succès du chanteur grandit et la notoriété du village aussi, attirant de nombreux fans dans les rues entourant le Moulin.
Les habitants du village ont eu la chance de croiser à de nombreuses occasions l’artiste lors de ses sorties dans le village ou bien lors de ses échanges de balles sur son court de tennis privé,  nombre d’entre eux ont encore un souvenir du chanteur, un moment passé avec lui, un effet, une photo ou bien une dédicace .

Ce dernier se sentant tellement bien à Dannemois qu’il a  souhaité scolariser ses deux enfants au sein de l’école communale à la rentrée 1976.
Il fait également rapatrier la dépouille de son père décédé quelques années auparavant pour l’inhumer dans le cimetière communal.

Second drame. Claude François échappe de justesse à un kidnapping sur l’autoroute A6 ; son véhicule de l’époque, une Mercedes de grosse cylindrée essuie des tirs d’armes de poing mais il parvient malgré tout à  rejoindre le moulin pour s’y réfugier.

Le 11 mars 1978 le village de Dannemois, comme l’ensemble du pays, apprend avec stupeur le décès tragique et brutal de l’artiste  dans son appartement parisien, le chanteur s’est électrocuté. Toutes les chaines de télévisions et les radios annoncent le drame en interrompant leurs programmes, des milliers de personnes se ruent devant le domicile du chanteur pour le pleurer.
L’artiste sera inhumé dans le caveau familial, et ce jour-là, la commune fut prise d’assaut par des milliers de fans venus assister aux obsèques, le mur d’enceinte du cimetière s’effondrant même sous le poids de ces derniers.

Depuis cette date notre village est devenu  un lieu de pèlerinage et de recueillement pour des milliers de personnes souhaitant rendre hommage à l’artiste et cela encore presque 40 années après.

Le moulin a été vendu par la famille ; plusieurs propriétaires se sont succédé puis finalement a été abandonné et pillé, jusqu’en 1998 ou un couple venu de Dordogne a souhaité faire revivre la demeure de l’artiste et s’est lancé dans un second chantier de rénovation pour ouvrir un restaurant et musée dédié au chanteur disparu. Bon nombre de personnes soutiendront le projet et il est devenu à ce jour l’un des endroits les plus visités de la région.


En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.